Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecritures

  • : La Minute Nécessaire de Bridget Kyoto
  • La Minute Nécessaire de Bridget Kyoto
  • : Où sont les esprits décapants qui se moquent de tout, s'amusent de l'urgence et parodient les alternatives ? Quels personnages peuvent incarner les affres et contradictions de l'écologie quotidienne, ses hypocrisies, son jusqu'au-boutisme et ses errements misanthropes ? Personne pour l'instant – à part BRIDGET KYOTO !
  • Contact

DE L'ARGENT !

Vous aimez Bridget ? Aidez-la !

Recherche

Presse

Je travaille aussi pour :

causette.jpeg

global.jpg

zelium.jpg

Musique

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 12:14

Pour une fois, je vais pouvoir parler de ce que je connais. Un apéro géant saucisson pinard a été organisé sur facebook dans le quartier de la Goutte d'Or pour lutter contre... heu... les gens qui... enfin, heu... la relig... enfin, contre les Noirs et les Arabes quoi, pour présenter les choses plus simplement. 

En voici le libellé :

Parce que La Goutte d'Or tire son nom du vin blanc qu'on y produisait

(Oui, super, et alors ?)

• Parce que la rue Myrha et d'autres artères du quartier sont occupées, particulièrement le vendredi, par des adversaires résolus de nos vins de terroir et de nos produits charcutiers (Vous voulez dire des musulmans ? Alors dites-le, nom de Dieu !) 

• Parce que la nécessité de la lutte contre l'alcoolisme, mise en évidence par Emile Zola, qui avait situé à La Goutte d'Or son célèbre roman L'Assomoir, ne doit pas conduire à une solution aussi extrémiste que la prohibition (Qu'est-ce que vient foutre Zola là-dedans ? + Il manque un m à Assomoir.)
(...) La date de l'apéro géant « Saucisson et pinard à La Goutte d'Or ! » sera fixée ultérieurement, dès que nous serons assez nombreux pour rendre à ce quartier son âme populaire l'espace de cet événement.


Il se trouve que j'habite juste à côté de la Goutte d'Or, à moins de 300 m, que j'aime beaucoup le saucisson et encore plus le pinard. J'ajoute que je n'aime pas l'Islam. Ni le christianisme, ni le judaïsme, ni tous les autres attrapes-couillons du monde - à part comme faits historiques. Pourtant, un petit je-ne-sais-quoi fait que je ne saurais souscrire à ce genre de manifestation du "terroir".  priere.jpg

La première raison, c'est que le sentiment qui m'envahit lorsque je  me trouve dans une rue "occupée" par des croyants prosternés est un sentiment de pitié pour tous ces idio... heu... gens qui se retrouvent, faute de place, à faire leur prière dans la rue. Comment se fait-il qu'ils n'aient pas de lieu de culte suffisamment grand pour les accueillir tous ? Ce n'est pas parce qu'on croit au père Noël qu'on doit le prier sous la pluie. C'est une question de dignité. Il faut apprendre à respecter la bêtise des autres comme si c'était la sienne.

La deuxième, c'est qu'on peut picoler partout dans le quartier, j'en suis la preuve bourrée. Et si jamais, un patron refusait de me servir en pinard, il me suffirait de faire vingt mètres pour en trouver un autre. Quand au saucisson, je ne sais pas : je n'en bois pas. 

La troisième, c'est que pour rendre son âme populaire à la Goutte d'or, il faudrait d'abord qu'elle l'ait perdue. Et si ce quartier-là n'est pas populaire, je veux bien porter la burqa.

La quatrième, c'est que les trois quarts (à la louche !) des musulmans - y compris ceux qui vont à la mosquée - du quartier picolent autant que tout le monde. Je sais, je surveille.

Alcool-copie-1.jpgDonc, les raisons qui ont motivés l'organisation de cet apéro ne sont pas celles qui sont mentionnées plus haut. J'en déduis donc que c'est bien de pinard et de saucisson qu'il s'agit, mais à l'autre extrémité du système digestif.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric la Blanche - dans Bulletins d'humeur
commenter cet article

commentaires

Gilbert 03/07/2010 14:21



Et j'ajouterais que pour la charcutaille aussi y-a pas plus de prohibition que de beurre en broche. Au coin du marché Dejean, y-a une charcuterie avec du boudin, de la tête et des pieds de
cochons en vitrine. C'est là que je vais acheter de la gorge de porc pour faire des pâtés. Et que je sache, cette charcuterie, à deux pas de la rue Myrha, n'a jamais été menacée dans son
existence par quelque barbu que ce soit.


Comment peut-on aussi facilement tomber dans le piège des identitaires ?



jacqueline 18/06/2010 14:36



voilà une analyse comme on aimerait en avoir plus souvent !!!



Pascale Bigot 16/06/2010 17:51



Oui, moi aussi je connais, et je confirme tes constats, Eric - merci de ta vigilance, merci de parler de toutes ces petites choses horribles auxquelles le monde (nous) ne fait même plus
attention.


Bise, Pascale



Pages

Radio

Aidez Bridget à continuer :

Vous aimez Bridget ? Aidez-la !
 

Retrouvez Bridget sur :