Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecritures

  • : La Minute Nécessaire de Bridget Kyoto
  • La Minute Nécessaire de Bridget Kyoto
  • : Où sont les esprits décapants qui se moquent de tout, s'amusent de l'urgence et parodient les alternatives ? Quels personnages peuvent incarner les affres et contradictions de l'écologie quotidienne, ses hypocrisies, son jusqu'au-boutisme et ses errements misanthropes ? Personne pour l'instant – à part BRIDGET KYOTO !
  • Contact

DE L'ARGENT !

Vous aimez Bridget ? Aidez-la !

Recherche

Presse

Je travaille aussi pour :

causette.jpeg

global.jpg

zelium.jpg

Musique

31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 16:37

Elle m’a dit tu devrais arrêter de parler de lui dans tes blogs, j’en ai assez. Je lui ai dit mais que veux-tu que je fasse ? Il faut en parler au contraire, c’est grave, ce qui se passe. Elle a ajouté : tes lecteurs vont penser que tu es obsédé par lui. Raconte-moi une histoire, plutôt. Une histoire avec une île déserte, tiens. Fais-moi rêver. J’ai répondu je ne suis pas du tout obsédé par lui, c’est juste que je ne peux pas faire autrement parce que… c'est mon pays, quand même. Je sais que ça t’énerve, elle m'a dit. Moi aussi, il m’énerve. Et c’est pour ça que je préférerais que tu me racontes, je ne sais pas, autre chose. Justement. Je n’en peux plus d’entendre son nom. C’est toute la journée, maintenant. Il va me rendre folle.

Et puis elle a conclu, d’un ton gentiment sans réplique : de toute façon, ils n’ont pas besoin de toi pour être ridicules. 

Ah bon, ok, comme tu veux. Est-ce que tu veux que je te raconte une histoire... heu... de filles ? Une histoire de filles ? C’est quoi ? C’est une histoire pour se moquer des garçons. Elle a incliné la tête sur le côté : ça veut dire que ça l'intéresse. Et il y aura une île ? Oui, aussi. Une très belle île, d’ailleurs. Et de l’amour, aussi ? Ben oui, plein : je t’ai dit que c’était une histoire de filles.

 

claudia-schiffer_135.jpgAlors, il était une fois, un type qui avait décidé de faire une croisière en paquebot pour se changer les idées parce qu’il était un peu triste. Et voilà-t-y pas que le paquebot, lors d’une terrible tempête, plouf et glouglou. Le type se réveille, un beau matin, à moitié mort sur une plage de sable fin. Il est seul sur une île déserte. Il arpente la plage à la recherche de naufragés survivants mais non, rien. Complètement seul. Ah ! non, au loin, il croit distinguer une forme dans le ressac. Il court, c’est une femme (ah ah), elle est inanimée. Il s’approche d’elle et là, il n’en croit pas ses yeux : c’est Claudia Schiffer (vous pouvez remplacer Claudia Schiffer par Nicole Kidman ou Monica Bellucci ou qui vous voudrez d’autre mais pas par Carla Bru… ah, oui, c’est vrai, j’ai dit qu’on ne parlait plus d’eux. Pardon)

Claudia Schiffer, donc.

Il la ranime, la soigne, la veille et allume un grand feu en attendant les secours. Personne ne vient. Alors le type s’organise, il va cueillir des fruits, trouve de l'eau fraîche etconstruit une petite cabane sous les palmiers. Quelques semaines passent et personne ne vient les secourir. On les a oubliés. ils sont comme Adam et Eve dans le jardin d’Eden. Et ce qui devait arriver (dans une histoire de fille) arrive : badaboum ! Claudia et lui finissent par tomber éperdument amoureux l’un de l’autre. 

Les jours passent, heureux. C'est le paradis.

Et puis quelque chose se met à clocher : peu à peu, le type commence à devenir sombre. Il reste là, assis sur un rocher, à rulminer de noires pensées. Cela dure quelque temps, jusqu'au jour où Claudia, inquiète, finit par lui demander : Qu’y a-t-il, mon amour, dis-moi la vérité, tu ne m’aimes plus, c'est ça ?

Lui, il dit non, ce n’est pas ça.

Claudia est malheureuse. Je t'en prie, demande-t-elle, dis moi ce qui ne va pas. Ne le garde pas pour toi.

Le type réfléchit puis annonce : J’ai quelque chose à te demander et c’est difficile. Tu pourrais ne pas comprendre. Mal me juger.

Claudia le gronde gentiment et lui dit, je ferai tout ce que tu veux et je ne te jugerai pas mais il ne faut pas que tu gardes ça pour toi. Je t’aime. Le type lui dit : dans ce cas, ma chérie, je voudrais que tu ôtes ta robe et que tu mettes les habits d’homme qu’on a récupérés du naufrage.

Claudia est étonnée mais elle ne dit rien. Elle part se changer. Quand elle revient, le type la regarde mais il est toujours aussi sombre.

ile-deserte.jpgEst-ce simplement cela que tu voulais, mon amour ? demande-t-elle, tu sais, je ferais tout pour toi. Il hésite : Claudia, ce que je vais te demander m’est extrêmement difficile. Tu sais que j’adore l’odeur de tes cheveux, les caresser, les embrasser mais… je voudrais pourtant que tu les coupes. Très courts. A la garçonne.

Claudia est un peu triste mais elle n’hésite pas un seul instant. De longues mèches blondes volent bientôt, éparses, au vent du sud. Le type est toujours aussi sombre.

Il s’approche d’elle avec un petit bout de charbon de bois et lui demande : ma chérie, est-ce que je pourrais te dessiner… heu… une moustache enfin, de la barbe, quoi. Claudia est de plus en plus intriguée mais bon… elle accepte. Le type est toujours aussi sombre.

Claudia ne tient plus : mais enfin, mon amour, vas-tu me dire ce qui se passe ? Tu veux que je me déguise en homme, c’est ça ? 

Le type est un peu penaud, il regarde ses pieds, mais il acquiesce et lui demande : oui, et d’ailleurs, est-ce que je peux t’appeler Antoine ?

Claudia supplie : mais oui, mon chéri, tu peux m'appeler Antoine si tu veux mais je t’en conjure, dis-moi : que se passe-t-il ? Il y a quelque chose que tu dois me dire. Tu as un secret à m’avouer, c’est ça ?

Le type lui dit oui, viens, Claud… heu… Antoine, allons marcher sur la plage. Je te dirai tout. Je te promets. Je vais tout avouer. Je peux, maintenant.

Et les voilà qui partent, tous les deux, silencieux, dans le soleil couchant. Le type semble perdu dans ses pensées. Claudia est inquiète.

Et puis, au bout d’un moment, le type se fige brusquement. Il la regarde avec un grand sourire et lui dit : Putain, Antoine, mon vieux, tu sais pas la meilleure ?

Je me tape Claudia Schiffer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric la Blanche - dans Bulletins d'humeur
commenter cet article

commentaires

Lulu 31/08/2010 20:16



Excellente histoire !


mais j'ai essayé avec Daniela Lumbroso, ça ne mache pas : est-ce dû à sa légion d'honneur ?



Laurence Martinez 31/08/2010 19:04



Connais-tu la version pied-noir avec Roger Hanin dans le rôle principal, Claudia Shiffer dans son rôle (ou Monica Belluci ou Carole Bouquet ou Carla.. ah non pas elle !!!) et Simon Ben-Soussan
dans le rôle de l'ami et confident de toujours ? Fidélité familiale oblige, elle a ma préférence.


Dans cette version Claudia ne se travestit pas et n'est pas amoureuse, juste la solitude et la promiscuité après des mois sur une île déserte, abandonnés de tous et sans espoir d'être secourus,
la dépression de Roger qui peu à peu ne mange plus, ne parle plus et ne va même plus à la pêche, à la chasse ou à la cueillette.... l'ont fait céder et elle a accepté de coucher avec lui.
Quelques jours plus tard alors que la nuit d'amour a redonné à Roger tout son courage, il retombe dans une profonde dépresssion, cette fois il lui lui demande juste s'il peut l'appeler Simon
parce que "tu comprends Simon c'est mon meilleur ami, mon ami d'enfance, avec lui j'allais voler les pastèques dans le jardin des Martinez, j'allais regarder les filles à la plage, on faisait des
courses de caisses à savon dans la grande rue en pente du village à l'heure de la sieste quand nos parents dormaient, même qu'on les réveillait en lançant des cailloux dans les fenêtres et
qu'après on allait se cacher dans la remise du vieux Mohammed.... (suivant l'inspiration et ses propres souvenirs d'enfance, on brode, on brode, mon oncle grand raconteur d'histoires devant
l'Eternel tenait facilement un quart d'heure en fin de repas à la table familiale !) tu comprends depuis toujours on se dit tout, et il me manque, si tu savais comme il me manque..." Et quand
après moult réticences Claudia accepte, Roger lui donne une grande tape dans le dos et dit "et mon ami Simon, tu vas pas en croire tes oreilles !! (là aussi tu brodes pas mal avec l'accent bien
sûr), tu sais pas qui j'ai niqué ?  CLAUDIA SHIFFER !!!"



Eric la Blanche 31/08/2010 19:32



C'est une variante intéressante. Un peu plus crue, juste.



Pages

Radio

Aidez Bridget à continuer :

Vous aimez Bridget ? Aidez-la !
 

Retrouvez Bridget sur :