Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecritures

  • : La Minute Nécessaire de Bridget Kyoto
  • La Minute Nécessaire de Bridget Kyoto
  • : Où sont les esprits décapants qui se moquent de tout, s'amusent de l'urgence et parodient les alternatives ? Quels personnages peuvent incarner les affres et contradictions de l'écologie quotidienne, ses hypocrisies, son jusqu'au-boutisme et ses errements misanthropes ? Personne pour l'instant – à part BRIDGET KYOTO !
  • Contact

DE L'ARGENT !

Vous aimez Bridget ? Aidez-la !

Recherche

Presse

Je travaille aussi pour :

causette.jpeg

global.jpg

zelium.jpg

Musique

21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 17:17

Monsieur le Président de la République,

En corollaire au succès (300 000 ex vendus) du livre - je devrais dire du torchon - de M. Stéphane Hessel, Indignez-vous !, je viens de découvrir avec horreur que le surestimé Général de Gaulle dont vous vous prétendez l'héritier aurait vraisemblablement été un opposant de la pire espèce.Indignez-vous_SHessel.jpg

Je soutiens la clairvoyante politique que vous menez pour faire sortir la France de l'ornière de ses rigidités gauchistes en traquant sans merci les immigrés illégaux, les "privilégiés" et les fonctionnaires inutiles et en incitant les forces vives de la nation à sortir de la pensée unique pour reprendre enfin le vertueux chemin du travail, désormais protégées par le bouclier fiscal.

or, que n'ai-je pas découvert en consultant le programme du Conseil National de la Résistance, lui-même dirigé par le Général de Gaulle ?


 Vous ne le croiriez pas, Monsieur le Président : ce livre est un pamphlet socialo-communiste ; les "braves" et les "justes" qui se battirent pour libérer la France du joug nazi sont en fait de dangereux bolcheviks qui professent une politique honteuse et irréaliste d'assistanat, contraire à celle que vous menez en ce moment même avec votre gouvernement. Vos conseillers ont sans doute oublié de vous en avertir.

Pire encore, en 2004, sous Chirac, à l'occasion du 60ème anniversaire de l'établissement de ce programme, ces quelques cacochymes trublions survivants - dont le susnommé Hessel - avaient même lancé un appel solennel à l'insurrection ! Et le voici qui recommence avec son livre !


Leurs idées immorales font frémir, j'ai surligné les plus révoltantes :


 "Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération (...) nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, (...) à transmettre l'héritage de la Résistance (...) :
Ces billevesées trotskystes ? Alors là, certainement pas !

 

couv_cnr-420.jpg(...) Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des « féodalités économiques (...)
Vous voyez, Monsieur le Président, il ne peuvent pas s'en prendre à vous alors ils s'en prennent à vos amis ! les lâches !

 

(...), la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État, des puissances d’argent et des influences étrangères (...)
Non ! Les journalistes, comme vous l'avez déclaré si justement : "il faut les piétiner" (et j'ajoute : avec des chaussures de ski).

 

(...) Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ? (...)
Parce que les caisses sont vides ! On n'arrête pourtant pas de leur répéter mais eux, ils ne pensent qu'à gaspiller.


(...) Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie (...)
Qu'est-ce qu'ils ont tous contre les marchés ? (moi, j'y vais tous les dimanche matin).


(...) Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences (...)
Vous allez voir qu'ils vont nous refaire une grève d'otages
si ça continue !


(...) Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. (...)
Voyez : Ils n'aiment ni la télé ni la compétition entre eux : des bobos cocos, je vous dis !

 

(...) Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944." (...) 
Et qu'est-ce qu'ils veulent qu'on fasse ? il faut bien qu'on contrôle la presse sinon elle serait contre nous !

 

Et regardez bien les signataires, M. le Président : que de la racaille ! : Lucie Aubrac [1], Raymond Aubrac [2], Henri Bartoli [3], Daniel Cordier [4], Philippe Dechartre [5], Georges Guingouin [6], Stéphane Hessel [7], Maurice Kriegel-Valrimont [8], Lise London [9], Georges Séguy [10], Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant [11], Maurice Voutey [12]


sarkopresident.jpg

C'est tout le contraire de la courageuse politique de rupture que vous menez en accord avec les organisations patronales, Monsieur le Président et cela n'est guère étonnant puisque, lors du vote de ce programme en 44, ces organisations n'avaient même pas été consultées, sous le fallacieux prétexte de collaboration avec l'ennemi. Je vous enjoins donc à ne plus célébrer l'appel du 18 juin et à vous méfier de ce sulfureux général de Gaulle et de ces cochons du C.N.R.qui votèrent à l'unanimité la mise en place de l'abomination que vous démantelez aujourd'hui avec tant d'à-propos.

Vous qui avez déclaré vouloir solder l'héritage de mai 68, il serait sans doute temps de solder prioritairement celui de la Résistance.
En attendant, veuillez recevoir mes républicaines salutations.
Vive la France. Vive vous !

Eric la Blanche             

signature.jpg

 

 

 

 

 

 

Programme du CNR (source wikipedia) :

  • En 1944 (dès la libération) :
    • Vote des femmes,
    • Profit illicite (contre les paradis fiscaux),
    • Emprunt de libération.
    • Ordonnance sur la liberté de la presse
  • En 1945 :
    • Création des Comités d'entreprise,
    • Création de la Sécurité sociale
    • Nationalisation des crédits (banques et assurances),
  • En 1946 :
    • Semaine de 40 heures,
    • Nationalisation du gaz et de l’électricité,
    • Augmentation de +18 % des salaires.
  • En 1947 :
    • Création du SMIG,
    • Prélèvement exceptionnel des hauts revenus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric la Blanche - dans Bulletins d'humeur
commenter cet article

commentaires

willy 23/12/2010 21:04



J'ai lu le "manifeste" de Stéphane Hessel dès sa sortie, il me semblait que je l'attendais depuis longtemps! Comme le commentateur précedent, j'ai eu des sueurs froides en lisant le titre de
votre article. Je me suis dis, non, pas lui...OUF ! me faites pas ça trop souvent.Un grand merci à vous qui savez dire et écrire ce que si souvent je pense..Perso, j'ai du mal avec l'écriture et
cela me désole, alors je vous en prie, continuez à nous donner vos mots pour éclairer  nos pensées.


Très cordialement


Willi


 


 



Virginie Séguy 23/12/2010 10:49



Je rejoins les autres commentaires…du journalisme « qui pense » enfin ! 


Cependant, que faut-il en conclure…c’est assez désesperant au fond. Quand beaucoup attendent le renouveau de
2012, moi je me sens plutôt résignée. Je suis révoltée par l’injustice de notre époque, le comportement de nos gouvernants mais n’ai pas grand espoir car je pense que le problème se situe au-delà
même des personnes.


Il s’agit du système au grand complet que nous continuons de nourrir par nos choix, nos modes de vie, nos
votes, nos consommations (et consommer c’est voter). La révolution ? elle n’appartient pas à un seul homme, à un président(iable) mais à chacun d’entre nous. Le changement doit être initié
par l’ensemble des citoyens et alors seulement, il se manifestera dans les urnes ; et ça nécessite de profondes remises en question individuelles.


La transformation de nos manières de vivre, de penser, nos attentes, de nos besoins et de nos comportements
les uns vis-à-vis des autres. Notre avenir et celui de nos enfants…il s’agit de quelque chose de fondamental dont nous ne pouvons pas laisser la responsabilité à une poignée d'individus (et
encore moins ceux-là !).



odile arlaud 22/12/2010 15:39



J'ai eu des sueurs froides au début de votre article et après j'ai compris votre humour féroce et ravageur. J'ai une admiration sans limite pour ce Grand Monsieur Hessel et je voulais vous
envoyer les paroles de la chanson de Léo Férré:l'affiche rouge qui me fait toujours pleurer


Ils étaient 23 quand les fusils fleurirent ......



Eric la Blanche 22/12/2010 15:40



Envoyez !



jacqueline 24/06/2010 17:01



j'adoooooore !... et je dirais même plus :"une seule solution : la révolution !"   mais hélas l'espoir de trouver la plage sous les pavés semble avoir disparu



Gilles Souris 21/06/2010 14:17



Cher Eric,


C'est toujours avec beaucoup de plaisir que je découvre vos billets d'humeur (comme avant cela, vos hilarantes newsletters). J'essaie d'en faire le relai autant que possible. Je vous vois en
effet comme l'un des derniers journalistes en activité, ayant un cerveau, une mémoire, un tant-soit-peu d'indépendance critique et l'idée que l'intelligence ne soit pas, en ces temps troublés, un
vain mot - ça nous change des perroquets .


J'applaudis donc à 2 main ce nouveau billet d'humeur qui rappelle à nos concitoyens que nos "droits" d'aujourd'hui ne sont pas le fruit du hasard et qu'ils ont été érigés, en leur temps, comme
des remparts à la barbarie, par des hommes de bonne volonté.


J'attendais vainement que tout ce que vous dîtes le soit, en télévision, par un de vos "con-frères". Que soit rappelée cette évidence...


Alors voilà, je vous déclare blog d'utilité publique 2010 !


comptant sur votre pugnacité indéfectible,


bien à vous.


 


Gilles Souris


(fonctionnaire territorial encore en activité...pour l'instant !)


 



Pages

Radio

Aidez Bridget à continuer :

Vous aimez Bridget ? Aidez-la !
 

Retrouvez Bridget sur :